Jean-Paul Poletti

Un père originaire de Venaco, une mère de Santa Maria Figaniella, Jean-Paul Poletti réunit le nord et le sud de la Corse. S'il naît à Ajaccio, c'est à Bastia que cet auteur compositeur interprète apprend la musique avec son professeur Vincent Orsini.
À l'âge de dix ans, Ghjuvan Paulu Poletti compose déjà des ritournelles qu'il chante en s'accompagnant à la guitare. Deux maîtres férus de Cantu Nustrale le persuadent de partir en Italie pour se perfectionner. Jusqu'en 1970, il sera l'élève assidu des classes de contrepoint, d'harmonie et de direction chorale des célèbres Scholi Cantarum de Florence et de Sienne.
De retour en Corse, grâce à un travail de recherche et de composition, il va lutter sans relâche contre la situation d'acculturation de la Corse et la perte de son identité créatrice. Il va jouer un rôle capital dans le "Riacquistu" (reconquête de la culture Corse). C'est la naissance du groupe emblématique Canta u populu corsudont il est l'un des principaux compositeurs et chanteurs, avec Petru Guelfucci et Minicale. Une aventure qui durera de 1974 à 1981, le temps de la création de 9 albums et de multiples concerts.

En 1986, Jean-Paul Poletti est à l'Olympia, puis Bourges l'année suivante. En 1987, il crée à Sartène une école de chant. Le plus important pour Jean-Paul Poletti est que le peuple Corse demeure l'acteur principal de son destin culturel. Dès le départ, le souci pédagogique de l'École de chant est double : préserver le patrimoine musical, mais aussi, s'ouvrir à tous les genres : populaire, classique, lyrique, religieux.. Cette école est devenue depuis Centre d'Art Polyphonique et Jean-Paul Poletti, son directeur, dirige deux chœurs : un chœur mixte de 40 personnes, Granitu Maggiore et le Chœur d'hommes de Sartène. Dans ce cadre, il anime des stages de polyphonie, tant en Corse que sur le continent et à l'étranger. En 1988, Sergio Vartolo, Maître de Chapelle à Bologne, réactualise un Oratorio du XVIIe siècle et demande à Jean-Paul Poletti d'y intégrer une partition polyphonique : l’œuvre fera un triomphe à la Fenice de Venise. Cette même année, il écrit avec le compositeur Costa Papadoukas, un opéra, " Théodore de Neuhoff", l'histoire de celui qui fut roi de Corse pendant 9 mois.. En 1989, il crée le " Roi de Pierre" et en 1990, il reçoit une Victoire de la musique avec "Les nouvelles polyphonies Corses". En 1992, Jean-Paul Poletti et "Les nouvelles polyphonies Corses" ouvrent les Jeux Olympiques d'Albertville. 1993 voit la création, à Cannes, de la "Cantata Corsica" qui fera l'ouverture de la saison du théâtre du Châtelet en 1995. Pour cette "Cantata Corsica", Jean-Paul Poletti devient membre d'honneur du Royal Collège of Music de Londres. 

 

Jean-Louis Blaineau

Jean Louis Blaineau appartient à une famille de musiciens, il a commencé la musique à l'âge de 6 ans au Conservatoire de Genève, en classe de violoncelle et au petit conservatoire de Martine Kay enclasse de chant. Il a continué à Ajaccio au conservatoire départemental.
En 1979, il croise la route du pianiste Christophe Mac Daniel et de Jean-Paul Poletti, C'est le titre «Mal' Cunciliu» (J-P Poletti) qui marquera le début de sa «carrière» de musicien.
Il est à l'origine de l'association  passionné (chant et musique), basée évidemment à Appietto, son village. En octobre 2000, il a participé aux concerts de Patrick Fiori à l'Olympia. Il était présent sur scène à ses côtés sur la chanson «Terra umana», ainsi que sur le disque «Noël ensembles. Après un premier single «Mi Lamentu» sorti en 2004, il a travaillé à la création et l'enregistrement du premier CD de Benoit Rusterucciu «Corre u tempu».
Associé à Don Pasqua  (Dj et producteur) en tant que compositeur, arrangeur, chanteur et violoncelliste. Ils ont crée tous les deux  le label «Don Pasqua and Jelby Records». Ils ont produit 4 vinyles dont les trois derniers, sous leur label corsican vibes.
Parallèlement, il chante depuis juillet 2000 avec le chœur d’hommes de Sartène de Jean-Paul Poletti, au pupitre des ténors son timbre baroque fait merveille.
Il participe à certains disques en tant que violoncelliste, chanteur ou arrangeur (Vaghjime, Voci di a Gravona). Ses mélodies lui ont permis  de travailler avec la chanteuse grecque Dimitra Galani. Il  participe à certains projets, comme les «Voix de l'Emotion» des studios Riccordu Le dernier étant le CD «Veni ascolta», production de 16 polyphonies originales qu’il a composées et arrangées.

Jacques Tramoni

Jacques Tramoni est issu d’une famille de chanteurs. Il est très jeune initié au chant grégorien par le maître de chant père Ulrich, moine franciscain du couvent de Sartène.
Parallèlement dans son adolescence il participe à plusieurs aventures musicales en tant que guitariste rythmique. Ce « touche à tout » s’essaye au saxophone et à la batterie, mais ce sont les premières sonorités de son enfance qui l’emmènent vers l’orgue. Ce passionné de musique et de solfège, malgré son emploi du temps chargé avec le chœur d’hommes, accompagne dès qu’il le peut la chorale de l’église Sainte Marie de Sartène.
Quand en 1987 Jean Paul Poletti crée une école de chant à Sartène il s’appuie naturellement sur cette basse profonde. Jacques va participer à l’aventure du chœur mixte Granitu Maggiore qui naît de cette école. Avec ce groupe il enregistrera une cantate qui va se jouer au châtelet au palais des festivals à cannes ainsi qu’en Roumanie. Il participe aussi en tant que basse à l’opéra Théodore de Neuhoff écrit par Poletti. En 1995 à la création du chœur d’hommes de Sartène il intègre naturellement le pupitre en tant que première basse, il est un peu l’âme de ce groupe et est le seul des cinq à n’avoir jamais loupé un évènement du groupe.

Jean-Claude Tramoni

Jean Claude Tramoni est le jeune frère de Jacques. Il va suivre les traces de son frère, tout d’abord à l’école de chant de Poletti dont il sera l’élève et, ensuite, dans tous les projets de ce dernier ces vingt-cinq dernières années.
Sa voix basse et « traditionnelle » font de lui un des solistes du chœur de Sartène. Il va en outre participer au groupe mythique de la décennie quatre-vingt Canta u populu corsu, il enregistre sur leur album Sintineddi en 1990. En 1992 il est dans le groupe des nouvelles polyphonies corses qui chante à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’Albertville. La même année il obtient la consécration avec ce groupe : une victoire de la musique. Depuis 1995 il met sa voix chaude à la disposition du chœur d’hommes de Sartène dans le monde entier. Il est sans conteste un des piliers majeurs de ce groupe.
Ce grand connaisseur de Paghjelle et de chant corse est toujours disponible pour transmettre son savoir aux jeunes générations avec une grande pédagogie et une grande humilité.

Stéphane Paganelli

Stéphane Paganelli s’éveille à la musique quand ses parents lui achètent sa première batterie à 11 ans. Il devient élève de la classe de chant lyrique d’Anne Marie Grisoni au conservatoire de Bastia. Il continuera ensuite sa formation  avec le maître Belge Christian Nuitten.
Il arrive à la polyphonie par hasard lors de ses études universitaires à Corte. Sa voix très aiguë lui permet de chanter «  la terza » ou voix de tierce. Il est un des membres créateurs du groupe Valin cori avec lequel il se produit durant trois ans.
Il est appelé fin 2000 dans le Chœur d’hommes de Sartène pour chanter au pupitre des ténors. Il va devenir un des principaux solistes du groupe et notamment dans l’Oratorio et le Stabat mater, deux créations de Jean-Paul Poletti.
Sa voix lui permet d’aborder plusieurs registres et d’explorer d’autres univers, il obtient ainsi un des premiers rôles dans une adaptation de la comédie musicale « Les misérables », il sera Marius.
Il n’abandonne pas pour autant son instrument la batterie il accompagne sur scène le chanteur proprianais « Jacques de Peretti » (album A vita passa) qui mêle univers jazz et chansons corses.  
Fin 2010, il enregistre sur l’album de noël « Canti di natali » dirigé par Jean Louis Blaineau et participera toujours sous la direction de ce dernier aux albums « Des voix de l’émotion ». Parallèlement il intervient dans les écoles afin de dispenser une éducation musicale et vocale aux jeunes élèves.

Matteu Maestrini

Élève de Guy Lacairy puis de Jean Pierre Blivet au Cnipal de Marseille durant deux années, étudiant chant (baryton), il se dirige vers le théâtre musical et obtient le rôle de Jean Valjean dans Les misérables sur une adaptation de Boublil et schoenberg  pour poursuivre avec Cyrano de Bergerac jouée au Trianon à Paris ainsi que Flambeau dans L'Aiglon.Il participe a la tournée de Petru Guelfucci au Québec entre autre pour un disque d'or "Corsica" et enregistre quatre albums des "voix de l'emotion" sous la direction de Jean Louis Blaineau. Le Chœur de Sartène, cher a son cœur, ses cinq membres et amis, avec Jean Paul Poletti, lui permet de revenir au classique et "replacer"sa voix au pupitre des Barytons. Comédien dans la serie Hotel Paradisula, artiste pluridisciplinaire, plusieurs projets se dessinent à l'horizon, notamment en théâtre musical. Sans oublier la route du Chœur de Sartène, celle avec qui il retrouve un fil de conduite de tenue et de justesse vocale.